REDACTEUR WEB EN PANNE D’INSPIRATION

Ça vous arrive aussi d’avoir la panne ? Vous savez ? Non, pas celle-ci, pas la panne de voiture pour draguer. Non, le syndrome de la page blanche ? 

Si vous êtes également rédacteur(trice) web, auteur(ice) (pro ou pas), vous savez certainement de quoi je parle. 

UN SYNDROME CASSE-CLAVIER

Les articles déblatérant sur le syndrome de la page blanche sont tellement nombreux, et il va sans dire, assez similaires les uns aux autres. Pourtant, chaque vécu est différent, chacun l’expérimente à sa façon.

Je l’ai vécu aujourd’hui, ce n’est bien sûr pas la première fois, mais ce sentiment de vide est toujours aussi désagréable. 

Ce matin, tout allait très bien, j’ai été productive et bien lancée. Puis soudain, l’après-midi est arrivé, amenant avec lui une déferlante du néant qui a constitué le reste de cette journée… Comment vous retranscrire au mieux ce que j’ai ressenti ? 

Aujourd’hui, ce fut un cocktail étrange de désespoir, sensation de vide, inintérêt et blocage. Explosif ! Il ne manquait plus qu’un glaçon pour le servir frais.

Quand quelque chose nous énerve, on a tendance à le définir comme casse-bonbons (pour rester polie). Mais la page blanche, je trouve que c’est un casse-clavier formidable. 

On frappe les touches en espérant que l’inspiration viendra, que le déclic va se pointer comme une fleur et nous fournir un contenu frais. Alors oui, mais non. 

L’inspiration, ça ne vient pas comme ça, tout cuit dans la bouche. L’inspiration, en tant que professionnel de la plume sur le web, on en a besoin. Sinon, les articles seront de très faible qualité. 

Laissez-moi illustrer mon propos avec le cas d’un peintre : 

Le peintre ne pourra vraiment rendre un tableau exceptionnel que s’il est inspiré, en revanche, devant le tableau blanc, il aura sa palette, sa peinture, ses pinceaux, mais rien ne vient. Il peut également avoir un sujet, un paysage par exemple, qu’il reproduira à l’identique, mais rien ne ressortira de ce tableau. 

Quel rapport avec le rédacteur web ?

Le rédacteur web aura donc son sujet, tiré de sa commande de par son client, des sites référents pour recueillir les informations, et pourra ainsi rédiger un article. Cependant, la qualité de l’article se jouera sur l’inspiration du rédacteur (hors expérience bien entendu). 

LA PAGE BLANCHE, L’ENNEMIE JURÉE

Ce syndrome touche toute personne capable de rédiger avec passion. On voit souvent les gens s’émerveiller de ce métier, rédacteur, sans penser que le plus gros ennemi de ce dernier, c’est le syndrome de la page blanche. 

Mais comment faire pour remédier à ce problème ? Comment contourner cette complication très désagréable ? 

LES SOLUTIONS INFAILLIBLES

Les solutions sont propres à chaque individu. Chacun aura sa méthode, qui pourra fonctionner avec d’autres individus, ou non. Certains diront que ces méthodes ne fonctionnent pas, que c’est simplement du charlatanisme. 

Honnêtement, ces personnes auront aussi bien raison que tort, puisque chacun est différent. D’ailleurs, comme vous le savez, je suis quelqu’un de très sympathique (rires), aussi je vais vous livrer mes méthodes infaillibles pour retourner la situation et retrouver l’inspiration : 

  • Décrocher de l’écran 
    • Avant toute chose, il est clair qu’un lâcher-prise est indispensable. Que ce soit 5 minutes montre en main, ou 3 heures. Le fait de décrocher de l’écran permet de se remettre les idées en place. 
  • Bouger
    • Alors, si l’on n’est pas un sportif de haut niveau, culturiste ou bodybuildeur, le simple fait de marcher un peu fera la différence. Il y a également le yoga, pour les mordus des postures improbables.
  • Changer d’air
    • Oui, clairement, la méthode la plus simplissime ! Allez faire les boutiques, voir des proches, boire un verre en terrasse, vous promener en forêt… L’extérieur est bien assez vaste ! 

Et ma méthode préférée, celle que je pratique le plus souvent : 

  • Bloquer quelques heures en se posant beaucoup trop de questions 
    • Sans rire, je me pose des questions incroyables, la plupart sans réel intérêt. Par exemple « Comment mon chat peut-il réussir à dormir dans une position digne d’un meuble IKEA mal monté ?« . Je m’assieds et me pose des questions existentielles qu’un psychologue trouverait ennuyeuses à mourir, je m’interroge sur les prochaines saisons de mes séries favorites, ce que je pourrai bien cuisiner pour le dîner du soir, le tout en ayant un air de poisson manquant cruellement d’air.

En général, l’inspiration revient assez aisément. Ce peut sembler long bien souvent, mais elle revient et nous assène d’idées farfelues (ou sensées !) et ainsi, nous reprenons la voie du cassage de clavier.

Et vous ? C’est quoi vos méthodes pour combattre ce fichu syndrome de la page blanche ? 

Laisser un commentaire