LA RÉDACTION WEB OU L’ADDICTION A L’ECRAN

Comme le disait feu mon grand-père : « C’est pas facile la vie d’artiste ».

Comment se fait-il que l’on se retrouve, un beau jour, devant le clavier d’ordinateur, à rédiger des articles pour des personnes que l’on ne connaît pas ? Comment, un matin, avec notre café, devant notre

Comment se fait-il que l’on se retrouve, un beau jour, devant le clavier d’ordinateur, à rédiger des articles pour des personnes que l’on ne connaît pas ? Comment, un matin, avec notre café, devant notre écran, inerte, le regard dans le vide, on se retrouve à taper du bout des doigts, sur les touches du dit clavier comme des automates ? Pourquoi nous retrouvons-nous, un jour, addicts à l’écran ?

L’ère du Titan « Numérique »

Depuis la création d’Internet en 1990, les générations nées depuis ont grandi avec la notion de partage virtuel d’informations. Les Millénials ont appris à maîtriser l’art de la recherche informatique, ont acquis les bases élémentaires pour dominer le numérique et à en tirer les ficelles.

Bien sûr, les individus nés avant 1990 ont tout autant appris à maîtriser Internet et ses recoins parfois sombres… Mais dans l’ensemble, c’est un univers plutôt sympathique : partage d’informations quasi illimitées, accès à la vidéo (musiques, films, séries et contenus à caractère pornographique), communiquer avec le monde entier en étant à la fois partout et nulle part…

Pour la Terre entière, Internet est une excellente chose, et bien entendu, les entreprises aussi ont su tirer profit de cette merveille pour croître. En somme, Internet profite à tous.

Naître avec Internet dans le cerveau

Aujourd’hui, en l’an de grâce 2018 (2019), le monde entier peut accéder à un ordinateur, un écran, et un clavier. Les individus nés en 2000 et après, quant à eux, naissent avec Internet directement intégré dans la caboche et un smartphone dans la main. C’est comme ça, c’est un fait, c’est le progrès. Pour les plus chanceux, c’est avec un iPhone, mais ce n’est pas si important. 

Ce qui est vraiment essentiel, c’est que l’avenir sera plongé plus profondément encore dans l’ère du Numérique, ce sera notre Tartare, nos limbes et le pire, c’est que nous aimerons ça encore plus qu’aujourd’hui. Nous sommes addicts de l’écran et d’Internet. Mais là vous vous demandez quel est le rapport avec la rédaction web… Rassurez-vous, on y vient.

L’avenir d’Internet se doit d’être de qualité

L’un des principes fondamentaux de la rédaction web est la qualité de contenu textuel. Et je l’espère, ce métier en plein essor durera encore longtemps. En effet, quoi de plus horripilant qu’un texte, intéressant certes, mais bourré de fautes, et aux effets redondants. Ou pire, voir de jeunes adultes incapables d’aligner trois mots sans faire de fautes… 

La qualité de contenu, c’est comme un bon livre, on prend plaisir à le lire, on veut aller au bout ! Et surtout, on apprend ! La vie, la langue, le français bien écrit et aux mots parfois d’une grande sensibilité. 

Le langage SMS c’est pratique pour gagner du temps, mais on a qu’une vie, alors la vivre à vitesse grand V ne la rendra pas plus riche pour autant. Pour une vie vraiment riche, il faut prendre le temps de vivre. Et un bon article web sur un sujet qui nous intéresse est un bon moyen pour prendre du temps pour vivre. (Oui je compare la philosophie de la vie à un bon article web, j’ose !)

Les Molières de demain sont les rédacteurs d’aujourd’hui

Lorsque l’on décide de devenir rédacteur, pour la plupart en indépendant, on décide de prendre sa vie en main, de vivre à fond en prenant le temps de faire ce que l’on aime. Le métier de rédacteur est comme vivre la vie d’un artiste magicien : on manipule les mots et les formules. On décortique un sujet pour livrer tous ses secrets. 

Et en tant qu’amoureux des mots et des langues, l’on se doit d’être au plus proche des plus grands : Molière, Shakespeare, Dante, Jane Austen, Victor Hugo, Verlaine… Rien que d’écrire ces noms me fait frissonner… 

Ce sont ces hommes et ces femmes qui nous inspirent, nous transmettent la maladie de bien écrire et d’offrir aux mordus d’Internet des contenus riches. Ce sont grâce à ces Maîtres que nous pouvons transmettre aux générations futures le plaisir de lire des contenus de qualité et d’une réelle profondeur, dans un monde qui perd petit à petit de sa saveur…

écran, inerte, le regard dans le vide, on se retrouve à taper du bout des doigts, sur les touches du dit clavier comme des automates ? Pourquoi nous retrouvons-nous, un jour, addict à l’écran ?

L’ère du Titan « Numérique »

Depuis la création d’Internet en 1990, les générations nées depuis ont grandies avec la notion de partage virtuel d’informations. Les Millénials ont appris à maîtriser l’art de la recherche informatique, ont acquis les bases élémentaires pour dominer le numérique et à en tirer les ficelles.

Bien sûr, les individus nés avant 1990 ont tout autant appris à maîtriser Internet et ses recoins parfois sombres… Mais dans l’ensemble, c’est un univers plutôt sympathique : partage d’informations quasi illimitées, accès à la vidéo (musiques, films, séries et contenus à caractère pornographique), communiquer avec le monde entier en étant à la fois partout et nul part…

Pour la Terre entière, Internet est une excellente chose, et bien entendu, les entreprises aussi ont su tirer profit de cette merveille pour croître. En somme, Internet profite à tous.

Naître avec Internet dans le cerveau

Aujourd’hui, en l’an de grâce 2018 (2019), le monde entier peut accéder à un ordinateur, un écran, et un clavier. Les individus nés en 2000 et après, quant à eux, naissent avec Internet directement intégré dans la caboche et un smartphone dans la main. C’est comme ça, c’est un fait, c’est le progrès. Pour les plus chanceux, c’est avec un Iphone, mais ce n’est pas si important. 

Ce qui est vraiment essentiel, c’est que l’avenir sera plongé plus profondément encore dans l’ère du Numérique, ce sera notre Tartare, nos limbes et le pire, c’est que nous aimerons ça encore plus qu’aujourd’hui. Nous sommes addicts de l’écran et d’Internet. Mais là vous vous demandez quel est le rapport avec la rédaction web… Rassurez-vous, on y vient.

L’avenir d’Internet se doit d’être de qualité

L’un des principes fondamentaux de la rédaction web est la qualité de contenu textuel. Et je l’espère, ce métier en plein essor durera encore longtemps. En effet, quoi de plus horripilant qu’un texte, intéressant certes, mais bourré de fautes, et aux effets redondants. Ou pire, voir de jeunes adultes incapables d’aligner trois mots sans faire de fautes… 

La qualité de contenu, c’est comme un bon livre, on prend plaisir à le lire, on veut aller au bout ! Et surtout, on apprend ! La vie, la langue, le français bien écrit et aux mots parfois d’une grande sensibilité. 

Le langage SMS c’est pratique pour gagner du temps, mais on a qu’une vie, alors la vivre à vitesse grand V ne la rendra pas plus riche pour autant. Pour une vie vraiment riche, il faut prendre le temps de vivre. Et un bon article web sur un sujet qui nous intéresse est un bon moyen pour prendre du temps pour vivre. (Oui je compare la philosophie de la vie à un bon article web, j’ose !)

Les Molières de demain sont les rédacteurs d’aujourd’hui

Lorsque l’on décide de devenir rédacteur, pour la plupart en indépendant, on décide de prendre sa vie en main, de vivre à fond en prenant le temps de faire ce que l’on aime. Le métier de rédacteur est comme vivre la vie d’un artiste magicien : on manipule les mots et les formules. On décortique un sujet pour livrer tous ses secrets. 

Et en tant qu’amoureux des mots et des langues, l’on se doit d’être au plus proche des plus grands : Molière, Shakespeare, Dante, Jane Austen, Victor Hugo, Verlaine… Rien que d’écrire ces noms me fait frissonner… 

Ce sont ces hommes et ces femmes qui nous inspirent, nous transmettent la maladie de bien écrire et d’offrir aux mordus d’Internet des contenus riches. Ce sont grâce à ces Maîtres que nous pouvons transmettre aux générations futures le plaisir de lire des contenus de qualité et d’une réelle profondeur, dans un monde qui perd petit à petit de sa saveur…

4 commentaires sur “LA RÉDACTION WEB OU L’ADDICTION A L’ECRAN

Laisser un commentaire