LA PLUME DU RÉDACTEUR

Aujourdui, on va parlé de l’a plume d’un rédacteur. Pourquoi ces importent de bien écrirre, est tout, pour etre bien lus !

Vous non plus, vous n’y comprenez rien ? Ce pauvre texte vous arrache les yeux ? Tout le monde peut écrire, mais une plume délicate n’est pas donnée à tout le monde.

COMMENT LE LANGAGE INFLUE SUR LA LECTURE D’UN ARTICLE

Il est vrai qu’un langage adéquat, une plume affirmée mais chaleureuse, ainsi qu’un vocabulaire riche, tendront à satisfaire le public.

Les acronymes, bien que nécessaires, ne sont pas toujours des plus simples à comprendre. Les abréviations, quant à elles, étaient utiles en 2010, quand les SMS étaient encore payants. Aujourd’hui, le langage SMS peut être utile sur Twitter, et encore…

Ce que je veux dire, finalement, c’est qu’un texte, qui a pour but d’être lu, compris, et qui fait réfléchir, se doit d’être correct. Un texte mal écrit, bourré de fautes, dont le sens des phrases échappe totalement, ne fera pas long feu.

LA QUALITÉ PRIME SUR LA QUANTITÉ

Nombreux sont les articles encourageant la qualité sur la quantité. Mais qu’est-ce que cela signifie vraiment ? Un texte de qualité devrait contenir un langage correct, au vocabulaire large et diversifié. Et la quantité dans tout cela ?

Oui, Google et ses enfants adorent qu’un contenu soit long, avec plein de mots, même si certaines phrases n’ont finalement pas de sens. Pourtant, papa Google, on essaye tant bien que mal de lui convenir, d’être dans ses faveurs.

Mais au final, pour qui écrivons-nous vraiment ? Pour qui désignons-nous réellement nos textes, nos longues heures de travail, nos moments de doutes et de craintes, à savoir si les mots que l’on tape sur notre clavier, plairont ? Tout cela concerne le lecteur. L’internaute. Celui qui va, par ses petits doigts, parcourir le Net et tomber, miraculeusement peut-être, sur nos textes chéris.

QUELLE IMPRESSION DONNER A SON LECTORAT ?

Pourquoi l’internaute arrive sur nos sites, les textes que l’ont a rédigé, plus ou moins beaux, intéressants, farfelus, humoristique ou au contraire, très sérieux. Tout simplement parce qu’il cherche des réponses. Mais un texte mal écrit, bourré de fautes, d’un langage peut-être alien, ne verra pas le lecteur rester bien longtemps. C’est un fait, et l’on n’y peut rien. L’internaute est roi !

En revanche, le lecteur sera ravi de lire un texte correctement écrit, au champ lexical intéressant, aux tournures syntaxiques nouvelles et même, ressentir quelque émotion inattendue lors de sa lecture.

Mais comment alors procurer à l’internaute, un plaisir de lire, ou encore, l’envie de continuer sa lecture…?

L’internaute va juger de la plume, du langage, de la qualité du vocabulaire, si la typographie est facile à lire, si le texte est bien aéré… Les critères de jugements sont aussi bien nombreux que variés. Et parfois même, un peu étranges…

APPRENDRE ET SE FORMER

Il n’y a qu’une seule chose à faire pour améliorer sa plume : apprendre, toujours et encore, ne jamais cesser de vouloir affûter ses connaissances.

Pour être capable de fournir de la qualité, il faut apprendre ce qu’est la qualité.

  • Lire, beaucoup, pour enrichir son vocabulaire est essentiel.
  • Écrire l’est tout autant, évidemment, puisque c’est en forgeant que l’on devient forgeron.
  • Suivre l’actualité de son domaine d’expertise, afin d’être au top pour traiter son sujet.
  • Suivre des formations pour corriger ses lacunes, apprendre de nouvelles choses que l’on ne peut apprendre seul(e), ou se perfectionner dans un domaine précis.
  • Améliorer ses connaissances en référencement, car être capable d’optimiser ses textes est capital. Même si l’on est pas un expert en SEO, il est important d’en avoir de solides bases.

Voilà qui devrait, pour commencer, grandement aider pour améliorer sa plume. Et vous ? Comment améliorez-vous votre plume ?

Laisser un commentaire